En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
6 rue Maître Albert
75005 Paris
+33 (1) 55 42 73 73
Entete

Accueil > SAVOIRS > Histoire et Géographie > Histoire > Histoire de l’Europe > Être nationaliste en régime de dictature
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Être nationaliste en régime de dictature

Olivier Dard , Didier Musiedlak

P.I.E-Peter Lang S.A., Éditions Scientifiques Internationales
Format: PDF,ePub

Lire un extrait    

Prix :
66,46

Ajouter au panier
Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale matrice idéologique des dictatures et en particulier des fascismes. Prolongeant un premier volume consacré à Etre nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900-1920) ce second volet s’attache à analyser les trajectoires et les attitudes comme les comportements des nationalistes au sein des régimes de dictature entre 1922 et 1945 dans l’Italie fasciste, l’Espagne de Primo de Rivera à Franco, l’Allemagne nazie et la France de Vichy. Sur bien des points, il s’agissait d’une gageure cette recherche collective s’est heurtée au fait que l’expérience même du vécu de la dictature ne s’est pas déroulé selon la même temporalité historique pour les contemporains. Malgré cette difficulté inhérente au sujet, l’étude permet de tirer plusieurs enseignements sur la nature même de l’identité du nationalisme confronté à l’exercice du pouvoir. Bien des illusions sur ce point sont tombées pour tous ceux qui étaient convaincus que la nation pouvait rester une valeur immuable. L’intensité des crises qui a frappé le continent européen jusqu’en 1945 a représenté une épreuve redoutable. Le nationalisme a dû faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour répondre aux exigences de la gestion du nouveau pouvoir. Une véritable recomposition des élites s’est produite rendant plus fluide la circulation entre les tenants de la tradition et de la modernité. Les idéologies, même les plus structurées comme le fascisme et le nazisme, n’en sortirent pas indemnes. C’est là un des effets paradoxaux légués par la dictature, celui d’avoir très souvent contribué à reconfigurer l’idéologie qui avait pourtant été à l’origine de la naissance même du régime. Le plus souvent, les accommodements l’ont emporté aux dépens de l’idéologie pour assurer le fonctionnement du nouvel Etat. Ce sont précisément ces phénomènes d’hybridation entre les élites dont il est question dans cet ouvrage dont l’ambition première est de mieux comprendre comment fonctionnent concrètement des dictatures marquées par le nationalisme.

Ceux qui ont été intéressés par Être nationaliste en régime de dictature ont aussi consulté :